Me voilà enfin de retour après une prériode d'accalmie bloggienne ( ca existe ca? enfin soit...) Désolée, une fois de plus je n'ai pas respecté mes promesses, vous aurez remarqué par la qu'il ne faut absolument pas me faire confiance! lol Alors pour ce petit retour, je vais vous parler de tueurs en séries, enfin au moin d'un d'entre eux, Albert Fish. Voyez plûtot le summum de l'horreur dans les actes de celui-ci.....

Bloody M

 
Père de famille de six enfants , cinq fois grand père , Hamilton Albert Fish , est arrêté en 1934 et incarcéré à la prison de Westchester . Il a 64 ans et derrière lui une vie entièrement dévouée aux perversions sexuelles sous toutes les formes . Pornographie , fétichisme , voyeurisme , sadisme , masochisme , flagellation active , autocastration , bestialité , prostitution , coprophilie , coprophagie , et bien sûr , cannibalisme . Un grand nombre de spécialistes du comportement se sont penchés sur cette existence hors du commun et tous considèrent cet individu , initié à la masturbation dès l'âge de 5 ans , et attiré par le sado-masochisme deux ans plus tard , comme l'un des plus grands pervers de l'histoire du crime .

On ne sait pas exactement combien de victimes il a à son actif . Lui-même en avoué une centaine aux enquêteurs . Bien qu'il n'ait été jugé que pour seize crimes prouvés , le juge d'instruction chargé de son dossier considérait ce chiffre comme hautement probable . Son psychiatre de l'époque , le Dr Frederick Westham , avec qui Albert Fish noua des relations de confiance réelles et profondes , pense qu'à son avis ce nombre dépassait 400 . Ce qui , dans ce cas , propulserait ce cannibale mangeur d'enfants au rang du plus grand criminel de tous les temps .

Sa technique est à peu près toujours la même . Il séduit les enfants en leur offrant des bonbons ou quelques pièces de monnaie . Son pouvoir de séduction sur les gosses est réel et il les emmène sans trop de difficulté dans des caves , des maisons abandonnées , des lieux retirés repérés à l'avance , et bien sûr , chez lui lorsque c'est possible . Il les réduit à l'impuissance soit en les attachant , soit en les mutilant avant de les violer , de les battre , et enfin de les tuer . Souvent il les torture plusieurs jours de suite avant de les achever . Il ne les bâillonne que lorsque il estime sa sécurité en jeu , car dit-il , "Je préfère de beaucoup les entendre hurler de douleur ." il choisit ses petites victimes de préférence parmi la population noire des ghettos car il a remarqué "que les autorités ne s'inquiètent guère de la disparition d'enfants noirs ".

Parmi la multitude d'atrocités qui s'égrainent au fil des audiences , relevons certains cas :

A propos du cas du petit Billy Gaffney : "Je l'ai fouetté jusqu'à ce que le sang coule sur ses jambes , J'ai coupé les oreilles et le nez , agrandi la bouche d'une oreille à l'autre , sorti les yeux des orbites .(...)Enfoncé le couteau dans le ventre et y ai placé ma bouche pour boire le sang . Puis je l'ai démembré , et j'ai coupé le tronc au-dessus du nombril , et les jambes à environ cinq centimètres en dessous de son derrière . Après j'ai tranché la tête , les pieds , les bras et les jambes au-dessus du genou .(...)Je suis rentré chez moi en emportant de la viande , mes morceaux préférés , son sexe , ses rognons , et un délicieux petit derrière bien grassouillet pour le rôtir au four et le dévorer . J'ai préparé un ragoût avec ses oreilles , son nez , des morceaux de visage et du ventre . J'y ai mis des oignons , des carottes , des navets , du céleri . C'était bon ! Les fesses , je les ai coupées en deux , et mises sur un plat avec sur chacune des lanières de bacon .(...)J'ai versé un demi-litre d'eau pour le jus de la sauce avant d'y mettre des oignons . (...)A intervalles fréquents , j'ai arrosé de jus son derrière avec une cuillère en bois afin que la viande soit juteuse .(...)Jamais je n'ai mangé une dinde rôtie qui ait été la moitié aussi excellente que ce délicieux petit cul grassouillet .(...)J'en ai mangé pendant quatre jours . Par contre , ses petites roubignolles étaient trop dures . je n'arrivais pas à les mâcher . Je les ai jetés dans les toilettes .(...)

Grace Budd , 10 ans . Il "emprunte" la fillette à se parents , leur faisant croire à une fête d'anniversaire -Ils ne reverrons jamais plus leur enfant -

Il emmène la fillette avec lui à la gare et tous deux prennent le train pour Westchester . Arrivés à destination , ils se rendent à Greenbourgh . Albert Fish y a repéré depuis longtemps une maison à l'écart , près d'un bois , abandonnée depuis plusieurs années . Depuis le matin , il porte sur lui un paquet . C'est ce qu'il appelle lui-même "les instruments de l'enfer" , une scie , un hachoir et un couteau à désosser de boucher . Tandis que la gamine cueille quelques fleurs dans le jardin , il monte au premier , se déshabille pour éviter les éclaboussures de sang et l'appelle par la fenêtre . Elle monte . Immédiatement , il s'en saisit , la bat et la saigne . Il recueille le sang qui gicle de la gorge dans un vieux bidon de vingt litres . Il coupe ensuite le corps en trois : la tête , et le tronc sectionné en deux au niveau du nombril . Il prélève quelques morceaux de chair sur les avant-bras et rentre chez lui les préparer avec des carottes et des pommes de terre , non sans avoir ajouté un bouillon kub . Pendant plus d'une semaine , il va retourner tous les jours à la maison abandonnée se réapprovisionner en chair et organes humains , qu'il ramène à son domicile et mange après préparation , allongé sur son lit . Au bout de quelques jours , le cadavre éparpillé de la petite fille commence à faisander et des centaines de mouches y font leurs oeuvres . Aucune importance , il ne cesse de varier les recettes . "Ces repas me mettent dans un état d'orgasme perpétuel ."

Le porte-parole de la police admet qu'Albert Fish a été interrogé à plusieurs reprises sur des disparitions d'enfants mais qu'il n'a jamais été vraiment suspecté . "C'était de la routine , il avait l'air tellement inoffensif ..." "Cet homme n'est pas fou , pas dangereux pour la société , même s'il présente une personnalité psychopathique à caractère sexuel ..."

Des journaux se déchaînent : " Pas dangereux , cet homme qui se promène en hurlant :"Heureux soit celui qui fracasse le crâne des petits enfants" ou "Il faut que je sacrifie des enfants , comme Abraham son fils Isaac , pour me faire pardonner mes pêchés ."

Pas fou , un individu qui dit vouloir manger de la chair humaine les jours de pleine lune ? Pas fou ni dangereux , cet homme qui s'introduit des carottes et des saucisses dans le derrière avant de les manger ? Qui s'introduit des cotons imbibés d'essence dans l'anus avant d'y mettre le feu ? Qui se fouette au sang avec une planche truffée de clous ?

La profession de psychiatre connut pendant quelques mois aux Etats Unis une forte baisse de considération . Malgré les traces évidentes de sa complète désorganisation mentale , Albert Fish est électrocuté le 16 février 1936 .