Phénomes mystérieux que sont les inccubes ou les succubes, si vous ne connaissez pas encore, je vous le fait découvrir ici, de quoi vous faire garder les yeux ouverts la nuit, quoi que ca ne déplairait pas à certains...

Bloody M

yfrt__r_

Carlotta se brossait les cheveux. À peine fut-elle allongée dans son lit que… la chose, impressionnante, énorme, se fraya un chemin jusqu'à elle. Carlotta souffrait ; la chose qui l'avait pénétrée si vite, l'éperonnait maintenant avec violence. Elle n'avait plus l'impression d'être un être humain…encore moins d'avoir affaire à un être humain.

Cette histoire peut paraître comme de la science-fiction. En vérité ces lignes sont tirées d'un roman de Frank De Felitta dont a été tiré le film d'horreur The Entity. Mais attention, ce roman se base sur un récit authentique d'une jeune californienne du nom de Carlotta Moran. L'expérience a été vécue dans les années 70 et fut consignée dans des rapports psychiatriques des plus sérieux, confirmés aussi par des preuves physiques, comme les nombreuses contusions relevées sur son corps, sinistres témoignage des viols nocturnes à répétition. Carlotta fut victime de ce que plusieurs appellent, un incube.

Ce n'est pas un cas isolé. En fait ces « viols » sont connus depuis des temps immémoriaux. Ce phénomène n'est pas exclusif aux femmes car incube a son pendant féminin, succube. Généralement, ils sont invisibles, mais dans le cas de Carlotta, elle voyait vraiment l'entité qui changeait de forme à chaque fois. Ça pouvait se produire autant le jour que la nuit.

Une actrice britannique qui voulait garder l'anonymat a confessé à Stan Gooch, psychologue et médium anglais, une expérience similaire. Elle sortait tout juste d'une phase de sommeil profond, lorsqu'elle remarqua que la lumière au plafond avait pris la forme d'un œil humain la fixant avec insistance. Vint s'ajouter une curieuse sensation… elle sentait une force s'exercer sur son corps comme si un homme était sur le point de lui faire l'amour.

« Au début, raconte l'actrice, c'était plutôt agréable. Mais par la suite la pression se fit plus forte. « Il » déployait une telle énergie que mon corps s'enfonçait dans le matelas. » Lorsque l'entité disparut, elle se précipita dans la salle de bain et, là, face au miroir, elle remarqua que sa bouche était pleine de sang noirâtre. Curieusement, les phénomènes de succubes et d'incubes sont souvent doublés de manifestations de poltergeists : déplacement inexplicable du mobilier, feux s'allumant spontanément, défaillance électrique des appareils ménagers.

Y-aurait-il un lien entre les poltergeists et les incubes et succubes ? C'est ce que croit Guy Lyon Playfair, un vétéran de l'investigation paranormale en se basant sur des événements bizarres dont il a été témoin au Brésil. Marcia, une jeune femme très cultivée, diplômée de psychologie, découvrit sur la plage un jour une statuette en plâtre représentant Yemanja, la déesse de l'eau. Elle la rapporta à la maison et dès lors, elle vécut toute une série d'événements traumatisants, manifestations typiques d'un poltergeist. Elle se sentit bientôt si épuisée et déprimée qu'elle envisagea le suicide. La vie dans la maison devenait impossible. Une nuit, elle sentit la présence d'un incube dans son lit et elle subit plusieurs agressions sexuelles. Sur les conseils d'un occultiste, elle décida de rejeter la statuette à la mer et dès lors tout fut terminé.

Une des hypothèses les plus intéressantes sur l'origine des incubes et succubes avance que ces esprits violeurs seraient en fait des « doubles » de personnes vivantes. Morton Schatzman, psychiatre, le croit à cause du cas de Ruth. Cette jeune femme avait été violée par son père durant son enfance. Adulte, elle présentait de nombreux symptômes hystériques, notamment une capacité à imaginer que son père lui rendait visite pendant la nuit, alors qu'il était encore vivant, pour perpétrer à nouveau sur elle son odieux crime. Ici, l'incube représente visiblement la réincarnation d'un traumatisme enfantin : le viol incestueux.

Plus étrange encore, Ruth s'aperçut qu'elle était capable de créer un « double » de son époux, Paul. L'image obsessionnelle était si vivante qu'elle entretenait un commerce charnel avec elle. Lors d'une visite au docteur Schatzman, elle déclara : « Il embrasse à nouveau ma bouche. Puis il commença à me faire l'amour…Nous arrivâmes à la jouissance en même temps. » Encore plus fascinant, des personnes ont témoigné avoir VU le « double » de Paul.

Ce curieux phénomène de dédoublement pourrait faire pencher pour une interprétation psychanalytique du phénomène des incubes. Ce seraient des projections d'un moi qui rejette, refoule certaines de nos propres tendances sexuelles, qui prendrait alors la forme d'un « double » extérieur et persécuteur.

On peut aussi associer le phénomène d'incube et succube à la paralysie du sommeil, dont les symptômes sont identiques : sensation d'une présence, d'un poids opprimant la poitrine, sensibilité sexuelle accrue, accélération du rythme cardiaque, difficultés respiratoires, incapacité à se mouvoir, comme si les muscles étaient paralysés.

Toutes ces théories n'expliquent cependant pas la présence de phénomènes poltergeists qui joignent souvent les incubes et succubes. Simple coïncidence ces deux phénomènes ? Étant donné qu'on donne aussi une explication psychanalytique aux poltergeists, il serait plausible de relier les deux phénomènes.

Sources